Intéressant

Vanitas Peinture

Vanitas Peinture


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Une peinture de vanité est un style particulier de nature morte qui était immensément populaire aux Pays-Bas à partir du 17ème siècle. Le style inclut souvent des objets du monde tels que des livres et du vin et vous trouverez de nombreux crânes sur la table de la nature morte. Son but est de rappeler aux téléspectateurs leur propre mortalité et la futilité des poursuites matérielles.

Vanitas nous rappelle les vanités

Le motvanité est latin pour "vanité" et c'est l'idée derrière une peinture de vanité. Ils ont été créés pour nous rappeler que notre vanité, nos possessions matérielles et nos poursuites ne nous excluent pas de la mort, ce qui est inévitable.

Cette phrase nous vient d'un passage biblique de l'Ecclésiaste. Dans la version King James ("vanité des vanités, dit le prédicateur, vanité des vanités; tout est vanité"), le mot hébreu "hevel" était incorrectement traduit par "vanité des vanités", alors qu'il signifiait "inutile, sans signification". futile." Sans cette légère erreur de traduction, la vanitas serait légitimement qualifiée de «peinture insignifiante», ce qui est loin de l’intention des décideurs.

Le symbolisme de la peinture à la vanité

Une peinture de vanité, bien que contenant éventuellement de beaux objets, mentionnait toujours une référence à la mortalité humaine. Le plus souvent, il s'agit d'un crâne humain (avec ou sans autres os), mais des objets tels que des bougies allumées, des bulles de savon et des fleurs en décomposition peuvent également être utilisés à cette fin.

D'autres objets sont placés dans la nature morte pour symboliser les divers types de poursuites matérielles qui tentent les humains. Par exemple, des connaissances séculaires comme celles que l'on trouve dans les arts et les sciences peuvent être décrites sous forme de livres, de cartes ou d'instruments. La richesse et le pouvoir ont des symboles comme l’or, les bijoux et des bibelots précieux, tandis que les tissus, les gobelets et les pipes peuvent représenter des plaisirs terrestres.

Au-delà du crâne pour représenter l'impermanence, une peinture vanitas peut également inclure des références au temps, telles qu'une montre ou un sablier. Il peut aussi utiliser des fleurs en décomposition ou de la nourriture en décomposition. Dans certaines peintures, l’idée de la résurrection est également incluse, représentée sous forme de brins de lierre et de laurier ou d’épis de maïs.

Pour ajouter au symbolisme, vous trouverez des peintures vanitas avec des sujets en désordre par rapport à d’autres natures mortes, très soignées. Ceci est conçu pour représenter le chaos que le matérialisme peut ajouter à une vie pieuse.

Vanitas ressemble beaucoup à un autre type de nature morte, appelée mémento mori. Latin pour "souviens-toi que tu dois mourir", ce style a tendance à inclure uniquement les objets qui nous rappellent la mort et qui s'abstiennent d'utiliser les symboles matérialistes.

Un rappel religieux

Les peintures Vanitas n'étaient pas seulement des œuvres d'art, elles portaient également un important message moral. Ils ont été conçus pour nous rappeler que les plaisirs insignifiants de la vie sont anéantis de façon permanente et permanente par la mort.

Il est douteux que ce genre aurait été populaire si la Contre-Réforme et le calvinisme ne l'avaient pas propulsé au premier plan. Les deux mouvements - l'un catholique, l'autre protestant - se sont produits au moment même où les peintures vanitas devenaient populaires, et les érudits les interprètent aujourd'hui comme un avertissement contre les vanités de la vie et la représentation de la moralité calviniste de l'époque.

À l'instar de l'art symbolique, les deux efforts religieux ont mis l'accent sur la dévalorisation des biens et le succès dans ce monde. Au lieu de cela, ils ont concentré les croyants sur leur relation avec Dieu en vue de la vie après la mort.

Les peintres Vanitas

La période primaire des peintures vanitas a duré de 1550 à 1650 environ. Elles ont commencé comme des natures mortes peintes au dos des portraits, constituant ainsi un avertissement explicite pour le sujet, et ont ensuite évolué pour devenir des œuvres d'art remarquables. Le mouvement était centré autour de la ville néerlandaise de Leiden, fief protestant, bien que populaire dans tous les Pays-Bas, dans certaines parties de la France et en Espagne.

Au début du mouvement, le travail était très sombre et lugubre. Vers la fin de la période, cependant, la situation s'est un peu allégée. Le message dans les peintures vanitas est devenu que bien que le monde soit indifférent à la vie humaine, la beauté du monde peut être appréciée et contemplée.

Considéré comme un genre caractéristique de l’art baroque hollandais, de nombreux artistes étaient célèbres pour leur travail de vanité. Parmi ceux-ci figurent des peintres hollandais tels que David Bailly (1584-1657), Harmen van Steenwyck (1612-1656) et Willem Claesz Heda (1594-1681). Certains peintres français ont également travaillé à la vanité, le plus connu d'entre eux étant Jean Chardin (1699-1779).

Beaucoup de ces peintures vanitas sont considérées aujourd'hui comme de grandes œuvres d'art. Vous pouvez également trouver un certain nombre d'artistes modernes travaillant dans ce style. Pourtant, beaucoup de gens s’interrogent sur la popularité des peintures vanitas de collectionneurs. Après tout, le tableau lui-même ne devient-il pas un symbole de la vanité?

Sources et lectures supplémentaires

  • Bergström, Ingvar. "Nature morte hollandaise au 17ème siècle." Hacker Art Books, 1983.
  • Grootenboer, Hanneke. "La rhétorique de la perspective: réalisme et illusion dans la peinture de natures mortes néerlandaise au XVIIe siècle." Chicago IL: Presses de l'Université de Chicago, 2005.
  • Koozin, Kristine. "Les Vanitas Still Life de Harmen Steenwyck: réalisme métaphorique." Lampeter, Pays de Galles: Edwin Mellen Press, 1990.


Video, Sitemap-Video, Sitemap-Videos