Nouveau

Histoire de Worthing

Histoire de Worthing


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

La première preuve de personnes vivant à Worthing est la découverte d'outils en silex fabriqués par des personnes il y a plus de 100 000 ans. Ces peuples paléolithiques (période de l'âge de la pierre ancienne) ne construisaient pas de maisons et parcouraient la plaine côtière pour cueillir des plantes ou chasser des animaux sauvages. La terre en Grande-Bretagne est devenue froide, stérile et déserte.

Il a fallu attendre 30 000 ans pour que la glace fonde dans le nord de l'Europe. Plus au sud, les peuples du Paléolithique ont été évincés par le Mésolithique (Middle Stone Age). Certaines de ces personnes ont commencé à s'installer dans le sud de l'Angleterre. La fonte des glaces a lentement élevé le niveau des mers et, il y a environ 8 000 ans, certaines d'entre elles se sont échouées sur la nouvelle île de Grande-Bretagne. 3000 ans plus tard, des hommes du Néolithique (Nouvel âge de pierre) sont venus de la Méditerranée pour vivre dans la région. Ces personnes ont introduit l'agriculture, les animaux domestiques et l'extraction du silex dans le Sussex. Ils ont également construit les cercles de pierre à Stonehenge et Avebury.

Le peuple mésolithique qui s'est installé dans la région de Worthing fabriquait des outils en silex. Ils ont découvert que le silex se divise en éclats minces et tranchants appelés flocons ou lames (selon la forme) lorsqu'il est frappé par un autre objet dur. Ce processus est appelé débitage. Le silex était utilisé pour fabriquer des couteaux et des haches. Au début, les peuples mésolithiques utilisaient le silex à la surface du sol. Cependant, les roches exposées ont tendance à être fissurées ou altérées et elles pourraient constituer des outils de qualité supérieure en obtenant du silex sous la surface. Le processus d'extraction des silex impliquait de creuser des puits verticaux dans la craie des basses terres à l'aide d'outils fabriqués à partir de bois de cerf et d'os de bœuf jusqu'à ce qu'ils découvrent un filon de silex. Ces mines, dont certaines atteignent une profondeur de 40 pieds (12 mètres), ont été découvertes à Cissbury Ring, Highdown Hill et Findon.

Vers 1 000 avant JC, des Celtes d'Europe arrivèrent dans la région de Worthing. Ils ont apporté avec eux la capacité de faire du bronze. Il existe des preuves qu'ils vivaient à Cissbury, Highdown et Findon.

Vers 250 avant JC, un fort de colline a été construit à Cissbury Ring. Les fossés et les rives du fort sont les vestiges d'un mur défensif qui protégeait une superficie de 60 acres. C'est le deuxième plus grand fort de colline en Angleterre. Initialement, il a été construit pour protéger les mines de silex, mais plus tard, des agriculteurs se sont installés dans les remparts du fort de la colline.

En 71 av. J.-C., une tribu des Belges arriva d'Europe continentale et occupa de vastes régions du Sussex. Seize ans plus tard, Jules César a mené la première invasion romaine de la Grande-Bretagne. Dans son livre, Guerres des Gaules il a décrit les gens qu'il a conquis. « La plupart des tribus vivant à l'intérieur ne cultivent pas de céréales ; elles vivent de lait et de viande et portent des peaux. les cheveux longs ; toutes les autres parties du corps, à l'exception de la lèvre supérieure, ils se rasent. Les femmes sont partagées entre des groupes de dix ou douze hommes, surtout entre frères et entre pères et fils. Herodian a ajouté : "Pour la plupart, les Britanniques sont nus... n'étant pas familiarisés avec l'utilisation des vêtements. Ils se tatouent le corps avec divers motifs et images de toutes sortes d'animaux."

Un autre historien romain, Jordanes, a souligné : « Ils (les habitants de la Grande-Bretagne) vivent dans des huttes caronculées, un abri utilisé en commun avec leurs troupeaux, et souvent les bois sont leur maison. Cicéron a ajouté "qu'il n'y a pas un morceau d'argent sur l'île ; il n'y a aucune perspective de butin sauf des esclaves". Jules César était d'accord avec cette évaluation et il n'a fait aucune tentative pour faire de la Grande-Bretagne une partie de l'Empire romain.

En 43 après JC, les Romains retournèrent dans le Sussex. La tribu Atrebates dirigée par Verica, qui dirigeait cette partie du pays, a accepté la plus grande force militaire des envahisseurs et a accepté la domination romaine. Après la mort de Verica, Cogidubnus est devenu le nouveau chef du peuple du Sussex. Il était un grand ami de l'Empire romain et a obtenu l'honneur d'être fait citoyen romain.

Cogidubnus était responsable de l'établissement de Chichester comme une ville romaine importante. Le palais de Fishbourne, la plus grande résidence privée trouvée en Angleterre, a probablement été construit pour Cogidubnus. Les restes d'autres villas romaines ont été trouvés à Bignor, Angmering et Highdown. Des preuves de plusieurs villas romaines ont été trouvées à Worthing. Cela comprend le site de la bibliothèque Worthing sur Chapel Road, du côté est de Grand Avenue, entre Mill Road et Landsdowne Road, et sur le terrain du Northbrook College.

En 410 après JC, Alaric, le chef des Wisigoths, était assez fort pour vaincre l'armée romaine et entrer dans Rome. Après avoir erré dans l'Empire romain, les Visogoths ont finalement décidé de s'installer en Gallia Aquitania. Les Vandales, sous la direction de Gaiseric, ont également créé de graves problèmes pour les Romains. Avec le soutien des Alains, les Vandales sont entrés en Afrique romaine depuis l'Espagne en 429 après JC.

L'armée romaine a eu de grandes difficultés à faire face à ces invasions et l'empereur Honorius a été contraint de retirer ses troupes de Grande-Bretagne et d'abandonner la terre aux Celtes. Au cours des cent années suivantes, les Saxons prirent le contrôle des terres fertiles le long de la côte du Sussex. Alors que les Celtes avaient vécu sur les hauteurs, les Saxons ont établi des villages à proximité d'un bon approvisionnement en eau. Cela comprenait Tarring, qui a été construit sur les rives de la Teville. D'autres villages voisins avec des noms saxons incluent Angmering, Ferring, Goring, Durrington, Salvington, Lancing, Sompting et Worthing.

Vers 450, Highdown était utilisé comme cimetière par les Saxons du Sud. Près de 100 cents tombes ont été trouvées, peut-être de guerriers saxons morts lors de l'invasion saxonne de la région.


Histoire de Worthing - Histoire

Le Dôme est un exemple unique de centre de loisirs édouardien. Ces anciens centres étaient connus sous le nom de Kursaals et offraient de nombreuses formes de divertissement sous un même toit. Le nom Kursaal est d'origine allemande, c'était un bâtiment utilisé par les visiteurs d'une station thermale ou d'un point d'eau et est devenu associé aux centres de loisirs à la mode dans une ville balnéaire ou thermale.
Worthing's Dome a été conçu par Carl Adolf Seebold, originaire de Suisse. Seebold est arrivé à Worthing en 1904 en provenance de Southend-on-Sea, où il était l'acteur-manager de The Pier Pavilion. Seebold n'a eu aucun problème à obtenir un poste similaire au New Theatre Royal à Bath Place, car il avait une expérience théâtrale considérable en parcourant l'Europe avec sa propre équipe de concert.

Après un séjour de deux ans au New Theatre Royal, Seebold a décidé de construire son propre Kursaal à Worthing. La Worthing Gazette a fait remarquer que « Worthing peut bien être félicité pour la possession d'un citadin suffisamment entreprenant pour subvenir à un besoin si pressant d'une manière aussi satisfaisante ». Theodophilus Allen a été chargé de concevoir le bâtiment en raison de son travail impressionnant pour le New Theatre Royal Worthing.

Le lundi de Pâques, le roller a été introduit avec un succès retentissant "un orchestre d'une force de six était engagé pour jouer à chaque session et un instructeur et instructeur expérimentés (connus sous le nom de Rolleties) étaient présents". Le Kursaal avait à la fois une équipe de patinage à roulettes pour dames et messieurs qui jouait régulièrement contre d'autres. L'équipe Pier du Pavillon a également joué à la patinoire du Kursaal, qui est rapidement devenue partie intégrante d'un complexe de loisirs du Kursaal. En 1910, il y avait 526 patinoires britanniques. La Grande Salle, qui abritait la patinoire, fut rebaptisée Salle du Couronnement et un somptueux banquet y fut organisé pour célébrer l'accession de George V au trône.

Bien qu'il s'agisse principalement d'une patinoire à roulettes, le Kursaal avait ses propres équipes de hockey masculines et féminines. Il a également été utilisé pour des fonctions sociales et des émissions de variétés - dont beaucoup par Comedy Comets de Carl Seebold, rebaptisé plus tard "The Worthing Whimsies" pour lequel Seebold avait son propre orchestre. De nombreux musiciens ont joué au Kursaal, dont la célèbre Adeline Genee. Le Worthing Gazette a rapporté qu'un jour du week-end de Pâques en 1912, plus de 200 personnes ont dû être refoulées. Le Kursaal a même accueilli un premier type d'"exposition de la maison idéale", une expérience unique et différente de tout autre divertissement proposé à Worthing.

Alors que le patinage à roulettes énergique et les performances scéniques étaient appréciés en bas au Worthing Kursaal, une forme de divertissement plus sédentaire - mais tout aussi excitante - allait bientôt être proposée à l'étage dans le théâtre électrique. Les gens de Worthing étaient sur le point de commencer une longue histoire d'amour avec "les images animées".

Worthing a été la première ville du West Sussex où le public a payé pour voir des films. La première salle de cinéma de la ville était une chapelle reconvertie appelée Winter Hall, qui a commencé à projeter des films en 1906. Cette salle avait une capacité de 600 places. Sa disposition était similaire à la future Coronation Hall, avec des balcons sur trois côtés. Deux autres salles (le St James's Hall de 1908 et le Cinema Elite) projetaient également des films lors de l'ouverture de l'Electric Theatre au Kursaal en 1911. Pour le prix de la 3d, un grand nombre de films pouvaient être visionnés, des romances et westerns aux documentaires vantant le merveilles de la technologie moderne, l'électrification du chemin de fer de Victoria à Crystal Palace et les merveilles du monde, telles que les chutes du Niagara.

Le succès retentissant du Coronation Hall a incité Seebold à terminer son Kursaal et à apporter la magie des images animées à ses propres clients. Il a construit une nouvelle boîte de projection fermée pour se conformer à la loi sur le cinématographe de 1909. Il a malheureusement été retardé par une grève des chemins de fer nationaux, et en août 1911, la Worthing Gazette a annoncé que "le bâtiment était maintenant terminé à l'exception de la tour." Il a appliqué pour une licence cinématographique spéciale et une licence pour vendre de l'alcool - bien que l'octroi de celle-ci ait été retardé de quinze jours.

L'arrivée de la Première Guerre mondiale a apporté des changements importants au Kursaal. Son propriétaire a décidé qu'un changement de nom pour lui et le Kursaal lui-même était nécessaire. En raison du sentiment anti-allemand dans la ville, le Kursaal a été rebaptisé le Dôme et Seebold a abandonné son propre deuxième prénom - Adolf. Le Dôme est resté ouvert pendant toute la période de guerre, le Théâtre électrique devenant de plus en plus populaire, à tel point qu'en 1921, le Dôme a été radicalement remodelé. Seebold a transformé le rez-de-chaussée en : "MAISON IMAGE LUXUEUSE" La salle du couronnement spartiate a été transformée avec un plafond en forme de dôme, des boiseries en chêne et un sol en pente avec des sièges rabattables. Des boîtes ont été construites de chaque côté de la boîte de projection et les marches menant aux salons de thé ont été fermées. L'extrémité sud du hall est devenue un hall d'accueil spacieux agrémenté de boiseries en chêne, de corniches ornementales et d'un grand escalier menant à l'auditorium. Deux antichambres curvilignes ont été aménagées de part et d'autre du foyer, l'une servant de vestiaire, l'autre de buvette. A l'étage, le Théâtre électrique a été rebaptisé Kings Ballroom et un plancher flottant a été installé pour les danses.

Le premier film projeté dans le récemment rénové Dôme était 'Béat', avec Mary Pickford. Il était accompagné d'un orchestre de six musiciens et a reçu des critiques élogieuses de 950 spectateurs.

Les années 1920 ont été l'apogée du cinéma Dome. Il était populaire auprès des estivants à Worthing. Son seul rival était le Picturedrome (maintenant le Connaught Theatre), alors Seebold a lancé une bataille publicitaire face à face pour garder une longueur d'avance. En 1924, il met davantage la pression sur son concurrent en ouvrant son magnifique nouveau cinéma, le Rivoli. C'était à deux pas du Picturedrome, et avait une capacité incroyable de 1 680 places assises, un orgue à la pointe de la technologie et un toit coulissant pour les douces soirées d'été. En 1926, Seebold avait encore élargi son empire pour inclure le Picturedrome. Il semblait invincible.

Les années d'or se sont poursuivies jusqu'à la construction de deux nouveaux cinémas, la somptueuse Plaza en 1933, et l'Odéon rationalisé en 1934. Le Dôme a fermé brièvement en 1940 par peur d'une invasion, et un couvre-feu de 22 heures a été imposé sur tous les sites jusqu'à la fin de la guerre. Après la guerre, Worthing possédait cinq cinémas. Le Dôme a beaucoup souffert d'une concurrence aussi opulente. Malgré son emplacement privilégié en bord de mer, il a été contraint de montrer des films de deuxième diffusion à des prix inférieurs. Le cinéma est resté inchangé tout au long des années quarante et cinquante. Seebold a formé une nouvelle société appelée The Rivoli and Dome Ltd en 1949, et il est décédé en 1951.

A présent, le Dôme luttait pour survivre, et les temps désespérés ont conduit à des mesures désespérées. En 1954, le son cinémascope et un nouvel écran large sont installés. En 1960, le Rivoli a brûlé et le Dôme a connu une petite renaissance. C'était l'ère des « roadshows », avec le Dôme jouant des superproductions comme 'Pacifique Sud', 'West Side Story' et 'El Cid' . La fermeture de la Plaza en 1968 a également aidé le Dôme (et au moment où l'Odéon a été démoli en 1987, le Dôme était le seul cinéma construit à cet effet dans la ville).

Le Conseil a découpé le bâtiment en trois zones distinctes. Ils ont loué le rez-de-chaussée à Stephen Wischausen qui est devenu le visage identifiable du Dome Cinema jusqu'à sa faillite en 1992, le magasin de gauche et le premier étage à Roberto et Attilio Miele qui ont dirigé avec succès une salle de bingo et un café pendant près de trente ans, et la boutique de droite à Dominic Fardelli dont le bail a expiré en août 1998.


Le nouveau bureau dans l'ancien dressing de gauche L'ancien dressing et atelier de droite

Le conseil d'arrondissement de Worthing était aux prises avec un dilemme éthique et financier alors qu'il cherchait également une solution viable à son « problème de dôme » particulier. Depuis la faillite de Stephen Wischausen, ils avaient nommé divers directeurs temporaires jusqu'à ce qu'ils décident de louer le cinéma à Robin's Cinemas, un opérateur indépendant.

En 1993, le Dome Cinema a été contraint de fermer en raison d'un câblage dangereux jusqu'à ce que le Conseil accepte à contrecœur de prendre en charge le coût de 26 550 . En 1995, la tour du Dôme a été déclarée dangereuse. Le conseil a une fois de plus puisé dans la bourse municipale pour constater que le devis initial pour les travaux de construction avait triplé pour atteindre près de 300 000 £.

En janvier 1999, le Conseil a mené des enquêtes structurelles et a découvert que l'une des principales fermes de toit était gravement corrodée. Il a décidé de ne pas renouveler le bail des Cinémas Robin et de fermer le Dôme le 5 avril en attendant de nouveaux rapports sur la structure et sur l'état général de l'intérieur.
Le Trust a organisé un événement de clôture poignant et le lendemain, le Dôme a été embarqué. Le Conseil a installé un système de sécurité à la fine pointe de la technologie en cas de vandalisme. Un rapport des pompiers a mis en évidence une série de travaux structurels et correctifs qui devaient être achevés avant qu'un certificat d'incendie puisse être délivré. Un bilan électrique a identifié des travaux de l'ordre de 26k€ et le coût total de reconquête d'une licence de cinéma s'élève à 46k€.
En mai, le Conseil a adopté une résolution selon laquelle le Dôme devrait être vendu pour 10 au Trust, à condition qu'il reçoive un laissez-passer pour l'étape 1 du Heritage Lottery Fund et une subvention supplémentaire d'environ 200 000 d'English Heritage. Le Trust a rempli ses exigences et le Conseil a finalement renoncé à sa propriété litigieuse du Dôme le 9 novembre 1999. Le Trust a rouvert le foyer et l'auditorium du cinéma au grand public le 17 décembre 1999 et le Dôme a fonctionné comme le premier cinéma de son histoire. puisque.



La salle de réception avant après la rénovation


Le nouveau théâtre électrique


La salle de réception arrière est située à côté du nouveau théâtre électrique. La terrasse offre une vue magnifique sur
Jetée et front de mer de Worthing.

Worthing History à l'époque victorienne

1853
Le journal Worthing Record a été publié pour la première fois.

Les travaux commencent sur les installations hydrauliques massives mais élégantes de High Street. Les travaux ont fermé en 1896 et ont été démolis dans les années 1920.

1855
Formation de la première brigade de pompiers de Worthing.

1856
Le journal Worthing Intelligencer voit le jour. Il a duré jusqu'en 1916, date à laquelle il s'appelait Worthing Observer.

1859
Les célébrations du feu de camp deviennent incontrôlables lorsque les Worthing Bonfire Boys attaquent la maison de John Marsham.

1862
Ouverture de la jetée de Worthing

1865
Heene Terrace achevé, le premier signe d'un développement majeur à Heene.

1866
Les bains Heene sont ouverts, offrant aux clients une baignade en eau douce et en eau de mer.

1867
Le colonel Lane Fox commence à creuser les vastes mines de silex de l'âge du fer à Cissbury.

1869
Le scandale de Warwick Street.

1873
L'église St Botolph à Heene construite sur le site de la chapelle Heene.

1877
Peut-être la pire des émeutes de feu de joie, avec des combats dans les rues et de nombreux policiers et habitants blessés.

Les marées hautes provoquent des inondations particulièrement graves dans South Street.

1880
Homefield Park a ouvert ses portes - il s'appelait initialement People's Park.

1883
Première présence connue de l'Armée du Salut à Worthing.

La Worthing Gazette sort des presses pour la première fois.

1881
L'infirmerie et le dispensaire de Worthing s'installent sur le site de l'actuel hôpital de Worthing.

1884
Premières émeutes anti-Armée du Salut à Worthing.

1886
La controverse de Worthing Madonna.

1888
Le dernier acte de violence connu contre l'Armée du Salut.

1889
Ancienne jetée de Worthing reconstruite.

Ouverture de la gare de West Worthing.

1890
Worthing devient un arrondissement incorporé, fusionné avec West Worthing.

1891
La population de Worthing est passée à 16 000 habitants.

1893
Des règlements ont été adoptés pour garantir que les hommes et les femmes se baignent dans des zones distinctes de la plage de Worthing.

Worthing touché par une épidémie de typhoïde qui a tué 188 personnes et rendu plus d'un millier d'autres habitants de Worthing gravement malades.

1894
Oscar Wilde passe des vacances d'été à Worthing, complétant L'importance d'être sérieux.

1896
Warwick House, l'un des premiers bâtiments les plus beaux de Worthing, démoli.

1897
Un nouveau réservoir s'est ouvert en réaction à l'épidémie de typhoïde.


Au XVIIIe siècle, et probablement plus tôt, le hameau de Worthing comprenait les rues modernes High, North et Warwick. (fn. 1) Il existe des preuves archéologiques d'un établissement à l'extrémité sud de High Street entre le XIIIe et le XVIe siècle. (fn. 2) Un bâtiment daté de 1762, en silex avec des pansements en briques, a survécu dans High Street en 1945, (nf. 3) mais en 1978, les premières maisons survivantes étaient du début du 19e siècle : un petit groupe sur le côté est et une maison plus grande dans Upper High Street. Certains bâtiments probablement du XVIIIe siècle ont survécu en 1978 à l'extrémité est de Warwick Street. Au sud du hameau, sur la commune qui s'étendait au sud du rivage moderne, des "boutiques" de pêche ont été recensées au XVIIIe siècle, ainsi qu'un bâtiment qui serait un ancien palais de justice. (fn. 4) Il y avait peut-être aussi une auberge. (fn. 5) Il semble également qu'il y ait eu des établissements dispersés plus à l'ouest, car l'auberge Victoria moderne de la rue Montague date peut-être du XVIIe siècle. (note 6)

La construction de maisons d'hébergement à Worthing est enregistrée dans les années 1790 (fn. 7) mais pas leur emplacement. Une plus grande maison datait de la même époque. Dans les années 1780 (fn. 8) une villa marine a été construite à l'extrémité sud de High Street sur son côté est, qui après agrandissement en 1790 pour George Greville, comte de Warwick (d. 1816), (fn. 9) était connue comme Warwick House. Au début du XIXe siècle, c'était la maison principale de Worthing, louée pendant la saison à divers visiteurs de marque. (fn. 10) Le bâtiment, démoli en 1896, était en silex avec des pansements de briques jaunes, orienté au sud. Son escalier d'origine a survécu en 1977 dans une maison de Warwick Street. (note 11)

Entre 1798 et c. 1812, la ville s'est développée très rapidement (nf. 12) représentant probablement la majeure partie du triplement du nombre de maisons dans la paroisse de Broadwater entre 1801 et 1811, (nf. 13) et répondant vraisemblablement pleinement au besoin de logements supplémentaires exprimé en 1802 et 1805. (nf. 14) Les premiers aménagements se sont déroulés autour des rues modernes Warwick, South et Montague. Le tracé des rues a été influencé par la direction des bandes dans les champs ouverts qui les précédaient, celles au nord de la rue Warwick étaient toutes orientées est-ouest et celles au sud des rues Warwick et Montague du nord au sud. (fn. 15) Bedford Row et Copping's Row, plus tard Marine Place, au sud de Warwick Street, ont été construits entre 1802 et 1805, (nf. 16) et en 1804, il y avait au moins une terrasse face à la mer à proximité. (fn. 17) Les rues Ann et Market, au nord de Warwick Street, ont été enregistrées respectivement en 1805 et 1811. (fn. 18) Pendant ce temps, le Steyne avait été aménagé c. 1811, (fn. 19) vingt-trois logis en construction sur son côté ouest. (fn. 20) Quelque part à l'est de la Steyne, et séparés de celle-ci par un terrain dégagé, les bâtiments Warwick, plus tard le côté est de Warwick Road, existaient également en 1811 (fn. 21) et Gravel ou Greville Terrace au sud de celui-ci apparemment en 1813. (fn. 22)

Le développement à l'ouest de South Street, des deux côtés de Montague Street, alors appelé Cross Lane, a commencé à peu près au même moment. Sumner ou Summer Lodge, du côté est de Montague Place, a été construit c. 1800 ou peu après, (nf. 23) et le côté ouest de Montague Place a été construit entre 1802 et 1805. (nf. 24) Plus à l'ouest, King's Row et Prospect Place ont été enregistrés en 1807, (nf. 25) Prospect Row en 1810 , (fn. 26) et Trafalgar Place, plus tard Augusta Place, en 1811. Bath Buildings, plus tard Bath Place, a également été mentionné en 1811. (fn. 27) Au nord de Montague Street, Chapel Street, plus tard Portland Road, du nom du Chapelle indépendante à son extrémité sud, existait en 1806 (nf. 28) et abritait quatre ans plus tard des locaux de commerçants et des logis de seconde classe. Les premiers magasins de la station étaient principalement dans les rues High et Warwick, cette dernière contenant également des banques et le bureau de poste (fn. 29) par c. En 1820, il y avait aussi des magasins dans les rues South et Montague. (fn. 30) Pendant ce temps, à l'extrémité nord du vieux hameau, certaines maisons ont été construites en même temps dans ce qui était plus tard la partie nord de Chapel Road, y compris Worthing House, du côté ouest de la route, (fn. 31) qui était loué en saison aux visiteurs. (note de bas de page 32)

Mis à part la zone autour de Warwick Street, qui était assez densément développée en 1812, une grande partie du développement initial de la ville était à petite échelle et dispersée en raison de la propriété fragmentée des terres. (fn. 33) Les difficultés économiques ultérieures ne firent que combler lentement les écarts entre les bâtiments et les rues, donnant un effet architectural patchwork à cette partie de la ville. (note de bas de page 34)

Worthing continua néanmoins de croître après 1812. (nf. 35) De nouvelles maisons et terrasses furent construites au sud de la rue Montague en 1826, la zone bâtie avait atteint West Buildings et, en 1843, elle était presque arrivée à la limite Heene-Broadwater. (fn. 36) Certaines rues de cette zone, par exemple les rues Surrey et West, semblent avoir été construites pour l'occupation de la classe inférieure, et une grande partie de la zone était devenue un quartier pauvre en c. 1840. (fn. 37) À l'est de Steyne York Terrace, plus tard Warne's Hotel, et Warwick Place, au nord de Brighton Road, avaient été construits en 1826, et Alfred Place a été construit entre 1826 et 1843. (fn. 38) Un peu plus à l'est, Beach House a été construite en 1820, avec un terrain s'étendant jusqu'à la mer (nf. 39) qui a formé plus tard une barrière au développement de la ville vers l'est. Une esplanade sur toute la façade de la ville telle qu'elle existait alors fut construite entre 1819 et 1821. (fn. 40)

A la même époque, la ville commença à s'étendre vers le nord-ouest, le long de la crête à l'est de laquelle s'était développé le hameau de Worthing. Chapel Road, du nom de la chapelle de l'aisance ouverte en 1812, a été coupé après l'enceinte de 1810 pour contourner High Street, qu'il avait remplacé comme entrée principale de la ville en 1817. (fn. 41) Ambrose Place derrière la chapelle était construit c. 1815, (fn. 42) tandis que de l'autre côté de Chapel Road, Union Place a été aménagé en 1826 pour relier la chapelle à High Street. (fn. 43) Dans la même zone se trouvaient les deux plus grands ensembles de bâtiments contemporains de Worthing. Liverpool Terrace, au nord de Montague Street, a été construit entre 1826 et 1833, (fn. 44) face à Chapel Road à travers ce qui est resté un terrain ouvert jusqu'à ce que c. 1870, étant aménagé en terrain d'agrément c. 1835. (fn. 45) Park Crescent, également construit entre 1826 et 1833, était détaché de la ville, sur la crête de la crête et près de la limite de Heene. (fn. 46) Derrière Park Crescent, une terrasse de maisons appelée New Town a été construite, du côté ouest de ce qui deviendra plus tard Clifton Road. (fn. 47) Quelques maisons individuelles et une terrasse avaient été construites à Richmond Road en 1843, alors qu'il y avait aussi des villas individuelles à Chapel Road à proximité. (fn. 48) Pendant ce temps, la jonction de Chapel Road avec les rues South et Warwick était devenue le centre de la ville lorsque l'hôtel de ville y fut construit en 1835. (fn. 49)

La plupart des vestiges de l'architecture domestique du début du XIXe siècle de Worthing sont simples, sans l'exubérance du Brighton contemporain. Il ne reste que quelques traces de l'aspect original des rues Warwick, South et Montague, par exemple des baies vitrées incurvées dans les deux premières, des façades en brique jaune avec des têtes de fenêtre classiques dans Warwick Street, et un bâtiment avec des pilastres ioniques dans Rue Montague. Des terrasses de logis subsistent cependant autour de ces trois rues. Ils sont de trois ou quatre étages, généralement en stuc, mais parfois en briques crème ou jaune, comme dans Steyne ou Bedford Row. Beaucoup ont des baies vitrées incurvées s'élevant sur toute leur hauteur, par exemple West Buildings, Bedford Row, Liverpool Terrace et le côté ouest de Montague Place, et beaucoup ont des balcons en bois ou en fer, souvent conçus individuellement pour chaque maison. Certaines maisons de Bedford Row ont des porches à colonnes, mais seules deux terrasses, à savoir York Terrace, plus tard Warne's Hotel, et Caledonian Place, dans les West Buildings, présentent des pilastres. À Ambrose Place, Warwick Place et Bedford Row, il y a des jardins de devant détachés de l'autre côté de la chaussée, ceux appartenant aux maisons de Bedford Row étaient principalement utilisés pour le stationnement des voitures en 1978. Des maisons d'hébergement à quatre étages existaient autrefois aussi dans Grande rue. (note de bas de page 50)

Le Hollies dans Upper High Street est composé de trois travées en brique jaune avec des arcs de décharge enfermant deux étages. Beach House, par J. B. Rebecca, (fn. 51) partage l'idiome classique de Liverpool Terrace la partie principale est de trois baies et deux étages, stuqués, avec une projection centrale incurvée dans sa façade sud. D'autres maisons isolées en stuc subsistent à Union Place et Richmond Road. L'une de ces dernières est de 5 travées, symétrique, avec un fronton à trois travées, une autre est classique asymétrique, et une troisième est une chalet ornée dans le style élisabéthain. Dans Grafton Road au sud est un autre contemporain chalet ornée. (fn. 52) La plus grande pièce d'architecture de l'époque, Park Crescent, combine des maisons mitoyennes avec des maisons individuelles, un croissant orienté au sud, de plan en serpentin, et des pilastres géants de conception inhabituelle, complétés par des motifs ornementaux contenant une paire de gites ornées, et par une passerelle massive avec herms donnant sur Richmond Road. Seule une partie du schéma d'origine a été exécutée (fn. 53) l'architecte étant A. H. Wilds de Brighton. (fn. 54) De plus petites terrasses contemporaines, de deux ou trois étages, peuvent être des maisons d'habitation ou des habitations populaires. Ils sont généralement recouverts de stuc, mais parfois, comme à Portland Road ou Prospect Place, en partie recouverts de pavés, et parfois non uniformes, comme à Portland Road ou Warwick Place. Certaines maisons d'Alfred Place, de Portland Road et de Warwick Place ont des porches fermés en saillie avec des têtes en doucine, connus localement sous le nom de « porches de bateau ».

Centre-ville de Worthing vers 1975

Malgré ses problèmes sanitaires, la ville continue de s'étendre au milieu du XIXe siècle entre 1841 et 1871 le nombre de maisons passe de 1 028 à 1 471. (fn. 55) Le remplissage de nouvelles maisons et rues s'est poursuivi le long du front de mer à l'ouest de South Street. À l'est de South Street, d'autre part, beaucoup de terres sont restées ouvertes, la partie nord de York Road et le côté ouest de Warwick Road n'ont été construits que dans les années 1880 ou 1890 (fn. 56) et le côté est de la Steyne n'a pas été construit. rempli jusqu'à c. 1900. (fn. 57) Après c. En 1860, la zone autour de South Street, l'extrémité est de Montague Street et la jetée, construite en 1862, sont devenues le centre de divertissement de la ville, tandis que la zone au nord de Warwick Street est devenue plus commerciale. Chapel Road a été construit entre les années 1840 et 1870, (fn. 58) et entre 1866 (fn. 59) et 1875 (fn. 60) l'espace ouvert entre elle et Liverpool Terrace a été rempli par un développement asymétrique de villas individuelles en stuc le long des routes sinueuses.

L'expansion des rues résidentielles s'est poursuivie vers l'ouest sur le versant sud de la crête basse marquée par le chemin Richmond. (nf. 61) Crescent Road, aménagé dans les années 1830 (nf. 62) pour relier Park Crescent à la ville, était constitué de grandes maisons, tout comme Westbrooke à l'est de celle-ci, et la zone au nord de Park Crescent était rempli de petites maisons. Comme auparavant, l'alignement des nouvelles rues a été influencé par celui des anciennes bandes à ciel ouvert. En 1875, la construction au nord de la rue Montague avait atteint la limite de Heene, y étant brusquement arrêtée par les terres maraîchères qui s'étendaient au-delà. (note de bas de page 63)

Au cours des vingt prochaines années, l'extrémité ouest de la ville a été construite vers le nord jusqu'à la voie ferrée, qui avait été ouverte en 1846. La plus grande zone à développer à cette époque était le domaine de Gratwicke, autour de la moderne Shelley Road, qui était construit entre 1877 et 1884 (nf. 64) avec des maisons individuelles et jumelées, beaucoup de grandes dimensions étaient en stuc, dans un style classique, mais certaines affichaient la brique rouge et les tuiles du style vernaculaire revivifié plus actuel. Au nord de ce domaine, les routes de Christchurch, Oxford, Cambridge et Victoria ont été construites dans les années 1880, à une échelle moins grande, mais avec des matériaux de construction similaires et un mélange similaire de maisons individuelles et jumelées, il y a aussi une terrasse en briques rouges dans route de Christchurch. Il y avait eu des constructions entre la partie nord de Chapel Road et la gare avant 1875, par exemple le long de Teville Road, le début de l'ancienne route vers West Tarring. Au cours du dernier quart du siècle, une petite zone commerciale a été développée au sud de la gare (nf. 65) tandis que les terres basses plus à l'ouest entre le chemin Tarring et le ruisseau Teville ont été aménagées entre les années 1870 et les années 1890 comme un -quartier classe avec petites maisons mitoyennes. (note de bas de page 66)

L'expansion s'est poursuivie vers l'ouest après c. 1900, absorbing the old village centre of Heene and the resort of West Worthing, which had been added to the town at its incorporation in 1890. By 1909 the former east field of Heene was fully built over, and development was progressing north and west of Heene church, with widely spaced detached and semi-detached houses among trees. Many of the streets in West Worthing laid out up to 40 years before, however, remained undeveloped or occupied by market-gardens, (fn. 67) and Grand Avenue marked the western edge of the built-up area c. 1914. (fn. 68)

East of the town the gas-works had been opened in 1834 in Lyndhurst Road, and there was some building near by in 1843. (fn. 69) Some streets of poorer houses south-east of the railway bridge beside the Broadwater road had been built by 1875, (fn. 70) and more followed in the 1880s and 1890s. (fn. 71) The eastern side of the town, however, was very much more slowly developed for building than the west. One reason was its liability to flooding, which was increased after the breaches in the coast road after 1867. (fn. 72) Another was the proliferation of industrial uses near the railway and the gas-works, coupled with the prevailing westerly wind. In 1875, besides the water-works, there were two saw-mills and a whiting and putty works in that area. Only one area of residential development east of the town was comparable in character to the grander areas in the west, the tree-lined Farncombe Road, comprising large detached stuccoed houses on either side of a wide and serpentine roadway, which was in existence by 1875. (fn. 73) Other roads laid out before that date, for instance Chesswood Road and Church Walk, remained largely unbuilt on, much of the land along them being used for market-gardens. (fn. 74) The area round St. George's church, consecrated in 1868, was still not fully built up in 1909, (fn. 75) and the eastern side of the town remained dominated by market-gardens, with their glass-houses and windpumps, until after the Second World War. (fn. 76) In 1978 the long-drawn-out process of building development there could be deduced from the varied character of the architecture, for instance around St. George's church or in Chesswood Road, where a few mid19th-century houses were surrounded by many 20th-century ones.

North of the railway line some large houses, including one of c. 1840, had been built west of Broadwater Road, and at least one road had been marked out, by 1859. (fn. 77) By 1896 there were two or three streets of houses there, but much of the land between Worthing and Broadwater was occupied by market-gardens. In 1909, despite further building between the two places, Broadwater village remained physically separate from Worthing, though it was beginning to acquire its own new streets on the north, among them Southfield and Cissbury roads. By the same date new streets north of West Worthing station had linked West Tarring village to West Worthing, and building was also going on north of the village. Durrington and Salvington hamlet, however, were dominated by market-gardens, with only a few new houses of the poorer kind, (fn. 78) and an attempt to sell land along the road to Findon for building in 1907 was not successful. (fn. 79)

The years around 1900 saw many changes in the appearance of the town centre, as Chapel and Richmond roads were widened, (fn. 80) and new shops and commercial buildings began to replace the older buildings in Montague, Warwick, and South streets. (fn. 81) Warwick House was demolished in 1896, (fn. 82) and the grounds, which had been unsuccessfully offered as building land in the 1880s, (fn. 83) were built over by 1909. (fn. 84) Some trees at the south end were retained as a central feature in the widened Brighton Road renamed The Broadway, where a row of shops was built in 1901 the trees, however, were cut down in 1928. (fn. 85)

In the 1920s and 1930s the town expanded faster than ever before, the number of structurally separate dwellings occupied in the modern borough area increasing by c. 4,000 between 1921 and 1931, and by c. 10,000 between 1931 and 1951, to a total of 21,648. (fn. 86) The corporation exercised its powers to control development under the Town Planning Acts of 1919, 1925, and 1932, establishing density restrictions and zones for shopping and for professional and commercial use. (fn. 87) It also saw to the planting of trees along many roads. (fn. 88) By 1932 building had spread northwards to engulf Broadwater village, and to link it to West Tarring. Tarring for its part was linked by building, more tenuously, to Durrington and Salvington, where some new houses had been built. (fn. 89) During the 1930s building continued in those areas, (fn. 90) both of privately owned houses, and of council houses, for instance south-east of Broadwater and north of the Durrington-Salvington road (fn. 91) in 1947, however, the environs of Durrington and Salvington were still dominated by market-gardens. (fn. 92)

Two large areas developed at the same period were the former parks of Offington and Charmandean houses. The south part of Charmandean park, north of Broadwater, was developed from 1926 (fn. 93) and the north part after 1955. (fn. 94) Part of Offington park, between Broadwater and Salvington, was developed after c. 1928 and the rest after 1935. (fn. 95) The combination of large detached houses in very varied styles, many trees, and at Charmandean a south-facing slope, made the areas two of the best residential districts of the town, (fn. 96) which they remained in 1978. The largest areas of development, however, were further afield. West of the town centre building had passed the old borough boundary at George V Avenue by 1932, (fn. 97) and most of the remaining market-gardens in West Worthing were replaced by houses and flats during the 1930s. (fn. 98) After the incorporation into the town of the predominantly rural parish of Goring in 1929 its southern part began to be rapidly built up on a large scale. (fn. 99) Most of the land south of the railway had been laid out with roads by 1938, when much building was in progress, especially west of George V Avenue, (fn. 100) and on the Goring Hall estate west of the church, which became another of the town's best residential areas, many trees being retained, notably the ilex avenue between the church and the hall. (fn. 101) In the north-west of the borough development spread for the first time north of the Chichester -Brighton road. At High Salvington after 1923, (fn. 102) despite the protests of preservationists, (fn. 103) a straggling development including many large detached houses of various styles spread up to the summit of the hill, which is over 300 feet high. Many old trees and banks were retained, especially in Salvington Hill. To the north-east in Findon Valley, added to the borough in 1933, development proceeded rapidly during the 1930s on either side of Findon Road, with wide streets of detached and semi-detached houses and bungalows. (fn. 104)

Meanwhile the older suburbs west of the town centre, and Farncombe Road to the east, remained wealthy residential areas, though some houses there were beginning to be turned into hotels, institutions, or flats. In the centre of the town hotels and boarding-houses continued to occupy much of the sea front and the area behind it. Some new shops and commercial buildings were appearing in South Street, the shopping centre of the town, (fn. 105) which was partly widened in 1924, when the Arcade was built at its southern end. (fn. 106) The southern part of Chapel Road was occupied by shops and businesses by 1927, (fn. 107) and at about the same date the detached houses of the northern part in their leafy gardens were being replaced by new offices and public buildings (fn. 108) like the town hall and post office, while offices also began to invade the area of large 19thcentury houses to the west. (fn. 109) High Street to the east, by now superseded as the spine of the town, had taken on the industrial character of the land around it to the east and north. (fn. 110)

After the Second World War most of the surviving market-gardens in the south-east part of the town, west of Broadwater Road, and around West Tarring, Salvington, and Durrington were replaced piecemeal by streets or closes of houses. At the same time many large houses in the older suburbs were converted into flats or institutions, or replaced by small closes or blocks of flats. (fn. 111) The largest remaining area of building land was in the west part of the borough, in the former parish of Goring and around Durrington station, opened in 1937. Between the 1950s and 1970s that land was rapidly developed, (fn. 112) with a large number of council houses (fn. 113) as well as privately owned ones building was still going on in Durrington in 1978. (fn. 114) In addition much land in that area was used for schools and recreation grounds, while near Durrington station several tall office blocks were built. In 1978, apart from the area occupied by recreation grounds or the various trading estates, at Broadwater, East Worthing, West Worthing, and Goring, most of the land within the borough was built on. The only large areas not developed were the downland in the north-west and north-east used for agriculture or as open space, especially for golf courses, (fn. 115) and land in the west between Durrington and Highdown Hill (in Ferring). Along the coast both the eastern and western boundaries were marked by a slight hiatus in the built-up area that extends from Littlehampton to Brighton.

The centre of the town had meanwhile undergone great changes. The area west of Chapel Road had come to be dominated by offices and administrative buildings: some new office buildings had been built in Liverpool Gardens, and a new library and law courts in Richmond Road, and many large 19thcentury houses in the same area had been converted for office use. Most of the older buildings in High Street were demolished after c. 1950, (fn. 116) and the construction of the Guildbourne centre between Chapel Road and Warwick Street in 1974, (fn. 117) comprising shops, flats, offices, and a multi-storey car park, brought about the destruction of part of the early-19th-century town, including the Ann Street theatre, 'a very precious survival'. (fn. 118) The town's focus, the old town hall, was demolished in 1966. (fn. 119) Some of the older streets south of Montague Street had also been destroyed or blighted since the Second World War, Montague Street being made a pedestrian shopping precinct during the 1970s. (fn. 120) Other large multi-storey car parks were built on the sea front (fn. 121) near by, and near the Broadwater Road railway bridge. The sea front, however, in accordance with a long-standing policy, remained free from large-scale commercial development.


Old Cottages in Heene Lane

Oil painting on canvas in 1891 by Edwin Compton, housed in Worthing Museum and Art Gallery.

Old Cottages in Heene Lane c1891 by Edwin Compton. His first wife, Mary Compton is buried in Heene Cemetery.

Near to these buildings, Heene School will come into view as you continue your stroll northwards. This has now become Heene Community Centre, where you can join in the many activities they offer.

Heene School has been extended to include a café and dance hall. Old school pupils will recognise the old school hall and classrooms in the main building.


The History of Worthing Pier

Worthing Pier has been enjoyed by generations of holidaymakers for over 150 years. Designed by Sir Robert Rawlinson and built by the Worthing Pier Company, it was officially opened on the 12th April 1862, and was the 13th pier opened in England. It was a great success from the start and was instrumental as a visitors attraction in helping Worthing blossom into a popular, thriving seaside town. The Worthing Pier Company soon realised the potential, and plans for improvements were soon put in place. Before the end of the 19th century, these included two kiosks, a tollhouse, souvenir shop, a pavilion, and a landing stage to welcome Paddle Steamers such as the Worthing Belle. When Worthing Borough Council purchased the pier in March 1921, they continued with developments and improvements, including a new 1000 seater Pavilion which is still in use today.

The Pier has fought off a number of disasters in it’s lifetime. A storm with winds reaching 80mphs battered the south coast on Easter Monday 1913, and tore apart the decking between the Pavilion and the shore as crowds gathered to watch. It was closed for over a year for repairs. In 1933, a fire broke out and destroyed the entire South Pavilion, as residents desperately helped fire crews rescue furniture and items from the building, and ripped up decking to stop the fire spreading. After a 2 years repair, it was reopened with great improvements, and was dubbed “the sun-trap of the south” by the Daily Mirror. However, the respite didn’t last long as the pier was deliberately sabotaged by the Government in 1940 to hinder a potential enemy invasion, by blasting a 120 foot hole in the decking! As fears of invasion eased, it was then occupied by the military, and suffered severe general neglect. It was finally reopened to the public in April 1949, having benefited from funds from the War Damage Commission to repair and restore it to it’s former glory.

As it stands today, the pier is 960ft (296m) in length and 36ft wide. Due to various repairs and reconstruction efforts, many sections date from different periods of time, such as recycled cast iron water mains used for some of the Pier’s piles during the post-WWII repair work due to shortage of supplies. The condition of various sections also varies greatly along the structure.

Worthing Pier Timeline

1860 – Worthing Pier Company formed to build Worthing’s first pier. Sir Robert Rawlinson commissioned to design it.

1861 – 4th July, construction starts with first pile driven in.

1862 – April 12th, Worthing Pier opens to the public. The structure cost £6500.

1874 – First band performance on the pier

1881 – The Rhine Band performs daily

1887 to 1898 – Major developments spearheaded by renowened civil engineer James Mansergh: The decking is widened, a 650 foot pavilion was built at the pier head, and entry kiosks built at the entrance.

1898 – July 1st, the new Worthing Pier has a grand opening, attended by Viscount Hampden

1913 – Easter Monday, the decking collapses during a violent storm, isolating the Southern Pavilion which become known as “Worthing’s Easter Islands”. Pier closed to the public.

1914 – May 29th, Lord Mayor of London officially reopens the pier.

1920 – Worthing Corporation purchase the pier for £18,978, and spend £40,000 on repairs in the following years

1925 – Building begins on a new shoreward end pavilion, designed by Adshead and Ramsey

1926 – June, new shoreward end pavilion is officially opened

1933 – September 10th, fire destroys the Southern Pavilion.

1935 – July, new Southern Pavilion opens, costing £18,000

1937 – Amusement pavilion is built and opened halfway along the pier

1940 – World War II – Pier is closed to the public, and a 120 metre section of the decking is destroyed to thwart potential enemy invasion

1942 – The shoreward pavilion is used as a troop recreation centre

1946 – With the war over, the shoreward pier is reopened to the public in June, however the rest of the pier remains closed due to a shortage of steel delaying reconstruction efforts.

1949 – April, the pier finally reopens to the public. Steamer services restart with the PS Waverley and MV Balmoral visiting regularly.

1958 – March, the shoreward end pavilion receive a £9000 restoration, much needed after neglect during war use.

1959 – The Denton Lounge is built.

1979 to 1982 – The shoreward pavilion is redeveloped as an entertainment centre

2008 – The Birdman competition moves to Worthing Pier

2012 – April, Worthing Pier celebrates it’s 150th Anniversary.

2012 – August, nightclub lease runs out on southern pavilion, which stays empty and unused for the next 20 months

2014 – Southern Pavilion reopens as a new all purpose venue, to wide acclaim.


1086
Worthing itself appears in the Domesday Book as the tiny hamlets of Ordinges and Mordinges.

1312
Permission granted for a weekly market at Broadwater.

1444
The people of Tarring petitioned the King for permission to hold their own market, rather than travel to Steyning to trade.

1539
On the dissolution of the monasteries, ownership of Worthing passed from Easebourne Priory to Anthony Browne, Viscount Montague - an old school friend of Henry VIII.

1584
Birth of the Worthing philosopher John Selden (d.1654).

1695
Robert Morden's map shows Worting (sic), Terring, Heen, Broadwater, Goring, Highdowne, Ferring and other place names largely familiar to a modern Worthing resident.

1709
Birth of Highdown miller, tomb planner and smugglers' friend John Oliver (d.1793).

1724
The combined parishes of Worthing and Broadwater have a population of around 60 families.

First mention of Salvington Mill.

1742
A battle between smugglers and Customs officials takes place at Goring.

1750
Londoner John Luther undertakes the first speculative building development in Worthing - Warwick House.

1766
The decrepit Heene Chapel demolished.

1789
Bathing machines make their first appearance on the beach at Worthing.

1795
A naval signal station built to keep an eye on the French.

1797
Indoor baths open in Bath Place.

1798
Princess Amelia spends enjoys recuperative visit to Worthing, bringing much kudos to Worthing.


When Borough status was first granted in 1890, Mr T R Hyde was asked to produce a design for the Borough Arms (or coat of arms, or armorial bearings) and his design was adopted by the Council.

Steps were not taken to obtain an official grant of the Arms from the College of Arms until 1918 (after prompting by the College) and the Borough Arms and crest were formally granted by Letters Patent dated 30th October 1919.

The Latin Motto depicted on the Crest translates as:

"from the land fullness and from the sea health".

The figure on the crest is technically Hygieia. In Greek mythology, Hygieia was a daughter of Asclepius. She was the Goddess of health, cleanliness and sanitation. She was often depicted as a young woman feeding a large snake that was wrapped around her body. Her name is the source of the word 'hygiene'.

The coat of arms of Worthing includes three fishes, a Horn of Plenty overflowing with corn and fruit on a cloth of gold, and the figure of Hygieia, the Goddess of Health holding a snake. They represent the health given from the seas, the fullness and riches gained from the earth and the power of healing.

The original reason for founding the town was as a health resort for Princess Amelia, the daughter of King George III, to take the sea air to recover her health following illness. It was probably adopted on the crest as a homage to her therefore (so it is Amelia in spirit) as well as promoting the town's aspirations to be viewed as a health resort.

Before that, Worthing was just a fishing village, but after her visit the place became fashionable and was used as a health resort by prominent people.


The Story Of Broadwater

Broadwater is today part of the borough of Worthing but it was once very different: until 1890 Worthing was part of the parish of Broadwater and whereas Broadwater had a fine medieval church the old chapel at Worthing had been closed and allowed to fall into decay many centuries earlier. The rise of Worthing as a popular seaside resort eclipsed the fortunes of Broadwater. The final indignity came in 1938 when most of the ancient High Street at Broadwater was demolished for road widening on the orders of Worthing Council.

Yet much of interest and mystery remains at Broadwater which still, even in 2016, clings on tenaciously to its old identity and history.

Midsummer Tree

This mysterious and ancient oak tree is steeped in folklore. Charlotte Latham, arguably this country&rsquos first serious folklorist, worked as a governess in Worthing, when she was a young woman in the 1820s. In 1868 she set about recording the superstitious beliefs of the people of West Sussex, including the legend of the Broadwater Midsummer Tree. She recalled viewing the tree “with an uncomfortable and suspicious look” in her younger days, having been told how skeletons would rise up from its roots at midnight on Midsummer&rsquos Eve and dance round its trunk to “the rattling of their own bones”.

In 1868 she was introduced to a man who had claimed to have witnessed this spectral dance of the dead and been “frightened out of his very senses” by the ghostly apparition. A large branch fell off the tree many years ago. In 2006 it was due to be felled by the Highways Agency, which had deemed it unsafe but a campaign led by Worthing historian, Chris Hare, led to its reprieve. The tree was greatly cut back and reduced in height, but its remaining branch has continued to bear leaf. A plaque, erected by the Highways Agency now records its unusual story.

Broadwater Green

Broadwater Green once covered a significantly larger area and originally had a pond. During the second half of the 19th century stone and gravel was excavated from part of the Green for repairing roads, though this pit was declared exhausted by 1865. The Green was home to Broadwater Fair for many years. It was also a well renowned cricket ground described in The Sussex Advertiser on the 10th September 1827 as follows ‘Broadwater Green is considered by competent judges to be the best ground in England, and where the play can be seen to the utmost advantage&rsquo. The Green was granted in perpetuity to the people of Worthing, following a campaign in 1863 to restore it as a pleasure green, free from gravel and rubbish pits.

Pound House

This house was built in 1789 on a parcel of land that was originally part of Broadwater Green. At some time prior to 1848 a section at the end of the rear garden was used as the parish pound, where stray animals were kept until their owners claimed them, usually on payment of a small fine. At one time the property became the Temprance Laundry and laundry was hung to dry on the greensward in front of what is now the fire station.

The Parish Rooms

Erected in 1889 as a reading room, paid for by public subscription. In the disastrous typhoid epidemic of 1893 the room was used to house 22 patients. By 1900 it was run by the parish council continuing as a Parish Room and Reading Room. Many organisations have used the Parish Rooms over the years notably the Worthing Girl Guides and Worthing Scouts..

The Cricketers

Originally built as a private residence but used as a brewhouse and beershop from 1853 onwards under the ownership of Thomas Luff. At that time it was known as The Brewer&rsquos Arms and was only renamed The Cricketers Arms around 1878. The public house was run by three generations of the same family beginning in 1888 for over 100 years and not surprisingly given its proximity to the Green it became the ‘home&rsquo of the local cricket club.

Paine Manwaring (and Lephard)

From the 18th century until 2012, one of the core businesses of Broadwater has been Paine Manwaring. A very extensive ironmongery business had followed quite naturally into the 20th century after the arrival of William Paine, blacksmith in the early 1700s. The business once owned a forge and workshop until 1938, that stood where the current roundabout is today.

Cricketers Parade Cricket Match

Many grand matches have graced the turf on Broadwater Green including one renowned for its 500 guineas a side prize money. It took place in 1805 between 11 gentlemen of London and 12 of Worthing, Shoreham and Brighton. The local gentlemen lost! However the match commemorated here was between Sussex and an all-England side said to have taken place circa 1837.

Site of Old Rectory

The old Broadwater rectory stood on the land now occupied by Broadwater Boulevard. Although earlier rectory houses had stood on this plot dating back until 1554, the last house was probably built by Reverend Peter Wood in 1797. The house continued to be used by the church until 1924 and then it was given for use by private residents. During the Second World War is was used as a headquarters by the local Home Guard. Eventually it was demolished in 1959 but there is one single remnant of the old garden, the rather fine tree in the Boulevard.

St Mary&rsquos Church, Broadwater

A church is thought to have existed here back in Saxon times and certainly a church is recorded at Broadwater in the Domesday Survey of 1086. The present church was commenced sometime after 1100. It is one of the outstanding examples of a cruciform church in Sussex. Inside are the impressive tombs of the 8th and 9th Lords de la Warr who lived at Offington as well as some wonderful brasses including one over the tomb of John Mapleton, priest at Broadwater in 1433. Between 1797 and 1925 Broadwater Church had the unusual distinction of only three rectors all from the same family (Peter Wood, his nephew, Edward King Elliott, and his son, Edward James Elliott). Jane Austin worshipped here while staying in Worthing. It is believed that ‘Old Sanditon&rsquo in her novel ‘Sanditon&rsquo was based on Broadwater.

Broadwater Street East

Broadwater Street East, westernmost section was originally part of the old Broadwater Street. It now forms a major part of the Broadwater Conservation Area. At this western end a group of 18th and 19th century buildings remain, indicating the traditional street pattern and a generally regular roofscape. Much of the attractive character and appearance of Broadwater Street East derives from the intimacy of the buildings, the irregular winding street pattern, and the narrow road which retains the feel of a village street.

Broadwater Lodge and Broadwater Cottage

These two fine Georgian houses were built quite separately but around the same time, 1820. Broadwater Lodge has now acquired the name Broadwater House a name taken from a former house demolished when Broadwater Street West was widened. Broadwater Cottage now merely languishes with the address 2, Forest Road however as you can see it was built from cream coloured bricks probably made from the blue clay found on Worthing Beach.

Old House at Home

The current public house was built in 1925 on the site of a much earlier beer-house and, at one time, bakery. As the name suggests a beer house sold beer (and cider), but not wine or spirits - and this was one of the distinguishing features between it and a public house. The ‘Old House&rsquo once had its own song, which promised plenty of cheer and female company to those frequenting the premises.

The Quashetts

Currently the northernmost part of what was probably a very ancient route connecting Cissbury with the coast at Worthing. What remains of the footpath or twitten now runs from the old Broadwater Street (now Broadwater Street East) running under the railway where once it would have crossed the old Teville Stream and emerging close to the Swan Public House.

The Square/Barletts Cottages

On through the beginning of the Quashetts on the right is The Square and Bartletts Cottages, The first house on this site may have been as early as 1752 but certainly Land Tax records confirm a house in 1789. These small terrace houses were originally used mainly to accommodate the poor people of the parish.

Broadwater Manor House

A manor house in Broadwater was first mentioned in 1256 together with a private chapel. The current building shows many alterations over time with the oldest part being the north wing with rubble walls and a late medieval roof. The house and associated buildings now form part of the successful Broadwater Manor School. Former Lords of the Manor of Broadwater included the Misses Newland, who donated Broadwater Green to the people of Worthing, and William Foard Tribe, the irascible Victorian magistrate, notorious for his hostility towards the Salvation Army during the riots of 1884.


Voir la vidéo: Worthing Seafront: A Journey Through Time! 2018 to 1849 (Septembre 2022).


Commentaires:

  1. Terrill

    Quels mots... Super, brillante idée

  2. Vujora

    Excuse pour cela j'interfère ... à moi une situation similaire. J'invite à la discussion.

  3. Moswen

    vous pouvez en discuter à l'infini.

  4. Augustus

    Pour ma part, tu n'as pas raison. Je suis assuré. Je suggère d'en discuter. Écrivez-moi dans PM, nous parlerons.

  5. Warren

    Neshtyak!)) 5+

  6. Lucky

    Merci pour la rétrospective intéressante!



Écrire un message

Video, Sitemap-Video, Sitemap-Videos